Land Of Talk – Some Are Lakes (Secret City)

Deux ans après le surprenant maxi Applause Cheer Boo Hiss, le trio indie rock montréalais Land Of Talk se jette finalement à l’eau avec Some Are Lakes, un premier album convaincant, mais qui ne cause malheureusement pas vraiment de remous. À quelques octaves près d’Emily Haines, Liz Phair et Kim Deal, la voix planante d’Elizabeth Powell (que les fans de Karkwa reconnaîtront sur les chœurs d’« Échapper au sort ») charme à tout coup et la lancinante « Death By Fire » en témoigne. Côté instrumentations, toutefois, Land Of Talk abonde toujours dans un registre vaguement grunge entraînant, mais qui lève rarement. Outre quelques diamants bruts à la « Give Me Back My Heart Attack » et « The Man Who Breaks Things », Some Are Lakes coule trop paisiblement pour ce projet qui soulève des marées humaines en concert.

Advertisements

Commentaires fermés sur Land Of Talk – Some Are Lakes (Secret City)

Classé dans Critique de disque

Les commentaires sont fermés.