Semi-automatique #13: Faire du bruit

Je vais vous confier un truc plutôt honteux : la plupart des parutions de l’étiquette Ed Bangers me tombe sur les nerfs (voilà, je viens de perdre la moitié de mes « copains » Facebook!). J’avoue aussi que les personnes qui prennent l’ascenseur pour monter ou descendre qu’un étage (à moins d’être en fauteuil roulant et, encore là, on peut rouler en bas de quelques marches lorsqu’on est handicapé) m’invectivent. Mon pire secret demeure tout de même mon ignorance totale en ce qui concerne le marché de la scène « noise» montréalaise. Pour ceux pour qui le Montréal musical est toujours synonyme d’Arcade Fire, Omnikrom ou Tricot Machine, pénétrez le merveilleux monde de Brise-Cul Records!

Le bon, la brute et le Saguenay…

« C’était une affaire de criage pis de lançage de morceaux de métal au début » clâme le grand manitou du label Martin Sasseville lorsqu’interrogé sur les humbles débuts de sa petite entreprise. « On a enregistré ça sur une cassette puis on appelle ça Brise-Cul à la blague!” poursuit-il en faisant référence aux Cent-Vingt Journées de Sodome du Marquis de Sade. Six ans plus tard, la démarche s’est précisée, la technique s’est raffinée et le marché s’est développé pour ce genre musical indéfinissable. « Montréal est un peu isolé de la scène “noise” expérimentale nord-américaine, mais j’vends quand même un peu partout à travers le monde… comme au Texas ou encore en Scandinavie. Y’ a un genre de “following” qui suit ce qu’on lance depuis quelques années. » poursuit Martin alors que la serveuse du bar remplace son compact de Coldplay pour du bon vieux Bowie.

« On fait quand même une bonne job! » enchaîne le Saguenéen d’origine à propos de sa « concurrence » entre deux lampées de sa chope. « J’aime bien ce que Pasalymany [www.geocities.com/pasalymanytapes pour plus de détails] fait paraître par exemple. » Malgré son succès international, les intentions de la maison de disques de Sasseville demeurent tout de même locales. « Mon but principal avec Brise-Cul maintenant, c’est de faire connaître des groupes locaux à l’extérieur. » L’une de ses formations qui pourraient se faire botter le derrière hors de la province pourrait bien être Les Temps Liquides qui livre bientôt un nouveau brûlot sur ce label.

Tout faire à la botch…

Groupe rock hétéroclite qui captait récemment l’attention du public grâce à leur surprenant CD Le truc c’est de faire tout à la botch paru sur Paf! Disques (Le Volume Était Au Maximum et compagnie) en 2006, Les Temps Liquides se réinventent sur cette nouvelle offrande. « le fait qu’il soit sur Brise-Cul a orienté sa conception et sa réalisation. » intervient Frank Liquide, leader spirituel du projet. « J’ai poussé tout plus dans le tapis pour que ça soit plus direct et/ou darce et/ou expérimental. Ça manque d’unité, car ça provient de diverses sources et ça manque d’unité strictement musicale aussi, mais bon… le but c’était de se la jouer défonce LTL style! »

En attendant de découvrir ce nouvel opus ainsi que les entrailles musicales de Brise-Cul Records, je vous laisse avec une dernière confession ahurissante : la première fois que j’ai passé la nuit chez ma petite amie, j’ai inondé la salle de bain de crème à raser en confondant cette bouteille — décoré de fleurs très « rococo cucul» avec une bonbonne de purificateur d’air. Je suis « smooth» comme ça, en effet.

Publicités

Commentaires fermés sur Semi-automatique #13: Faire du bruit

Classé dans Pêle-mêle...

Les commentaires sont fermés.