Semi-automatique #8: La Delta Force de mon coeur…

Dans le bon vieux temps à Sorel (la capitale québécoise de l’acier, yo), on avait un jeu très intellectuel. Pendant que les Gascons s’adonnaient à la pelote basque et que les garçons de la ville de Québec courtisaient leurs cousines, nous on jouait à Braddock. Activité au matériel peu coûteux (une caisse de Laurentides, une vieille cassette du film Portés Disparus mettant en cvedette l’inimitable Chuck Norris… l’équipement de base, quoi!), on y gagnait tout simplement en trinquant à chaque fois qu’un personnage interpellait notre héros par son nom on ne peut plus viril : Braddock.

En l’honneur du festival Fantasia (qui, à défaut de présenter une rétrospective de la filmographie de Chuck cette année, propose tout de même son lot d’oeuvres de champ gauche), j’ai demandé à quelques personnalités et spécialistes du cinéma de série Z de nous parler de leurs navets préférés.

Journaliste pour le Voir, Kevin Laforest mène aussi une double vie. Lorsqu’il n’interviewe pas Lucie Laurier, il blogue (voir.ca/blogue/blogue.aspx?iIDBlogue=50) et visionne des trésors des longs métrages virils en cachette. « Mon film de série Z préféré est Commando de Mark L. Lester, aussi débile que ça puisse l’être, je ne me tanne pas de le regarder! » clame-t-il haut et fort. « Aucun film n’est autant bourré d’action et dénué de profondeur : pendant 90 minutes, Schwarzenegger détruit tout sur son passage jusqu’à ce qu’il retrouve sa fille, fin. Et que dire du méchant Bennett, un Freddie Mercury australien sur les stéroïdes! “Crache ta vapeur, sale pourriture!”

Christophe (voire Chevalier de) Colomb de la culture de poubelle, MC Gilles ne se contente pas d’écouter de la “scrap”, il en regarde aussi. “Der Skipper d’Allemagne de l’Ouest, traduit en anglais par Kill Cruise” s’exclame le cowboy DJ qu’on peut visiter sur la Toile au mcgilles.com. ‘Le film avec le moins de suspens, le plus drabe et sans saveur de l’histoire du cinéma. C’est l’histoire d’un marin qui prend ‘sur le pouce’ deux jeunes filles sur son bateau et prépare durant 2 heures des meurtres sans but. De loin le pire film que j’ai vu. Pas de rythme, pas d’histoire, images aucunement léchées. Un film qui m’a donné de goût de ne plus jamais regarder de ‘vues’. C’était les 98 minutes les plus longues de votre vie et un remède éprouvé pour insomniaque!’

Mon film de choix serais l’absolument mauvais L’Arme Absolue, un grand film d’action 80 avec, le maître (inconnu) du gonflage de joue au moindre effort physique, Max Thayer!” enchaîne Chen du site web chenetmathias.com. C’est sur cette même page que le phénomène Roger Normandin a tout d’abord débuté. “La couverture m’interpellait avec deux gars qui tiennent virilement des armes sur fond d’explosion. Le film contient des figurants phillipins en sueurs qui se font péter la gueule au ralenti, des shorts trop courts pour le meilleur ami du héros, des « flashbacks » introduits par un acteur qui se frotte le menton, etc.”

Personnellement, j’opterais pour le vidéo de mon cinquième anniversaire réalisé par le Francis Ford Copolla de la Rive-Sud, mon père. Ma réaction lorsque je déballais mon cadeau – l’Autobot Omega Supreme qui se transformait tout simplement en tank, en fusée et en base militaire (le gros luxe, quoi) – manquait définitivement de finesse. Déjà là, j’avais le don d’exagérer, de baver sur mes convoitises et d’émettre des cris stridents. Heureusement, il n’est pas disponible en club vidéo.

Hey les nerds, bon Fantasia!

Publicités

Commentaires fermés sur Semi-automatique #8: La Delta Force de mon coeur…

Classé dans Pêle-mêle...

Les commentaires sont fermés.