Chronique semi-automatique: les premières fois

J’ai perdu ma virginité à 15 ans et demi. Lui en avait 36. Il était riche, chinois et je m’appelais Marguerite à l’époque. Outre ce délire, on démarre cette première chronique de ce premier numéro du premier mois de l’année avec un entretien sur les premières fois de Serge-André Amin, le caporal derrière le groupe indie pop Mahjorbidet qui lançait son premier CD le 12 janvier dernier.

Le premier album?

Oui, ça y est, on le sort! « auto-produit, auto-financé, auto-enregistré, auto-porté aux magasins». Un soulagement, mais en même temps, beaucoup de travail.

Les premières chansons composés?

La plus grande portion de l’album a pas mal tout été écrit dans le même laps de temps. Si je me rappelle bien, 2002-2003. J’étais déçu et troublé par tout ce qui se passe dans le monde, notamment la politique américaine, l’ampleur que prend la guerre, la stupidité, la folie, les conséquences du réchauffement… la plus grosse partie des chansons parlent des déceptions face à tout ça. L’autre partie parle de la technologie et de la façon dont l’homme n’a pas encore réussi à bien s’entendre avec elle.

Les premiers collaborateurs?

Renaud Bastien (aussi de Malajube) et Vincent Gagné-Lacombe (qui collabore entre autre avec Max Planck) m’ont beaucoup aidé au début. On a fait plusieurs sessions d’enregistrements plus ou moins chaotiques. Ensuite se sont greffé Chantal Boulais qui a beaucoup contribué aux voix, de même qu’Alexandre Gauthier (musicien au sein de Kamendja) à la basse et contrebasse.

La première reprise?

Surement du Nirvana ou du Beatles il y a plusieurs années. On en joue encore, pour rire temps en temps pendant une pratique!

Les premières inspirations?

J’écoutais beaucoup Low de David Bowie (ainsi que Lodger et Heroes qui forment la trilogie de Berlin) au début. Ensuite Renaud et moi on s’est tapé un bon six mois de Beatles intensifs pendant nos deux déménagements en moins de 6 mois. Il y a aussi beaucoup de motown, de James Brown, du Nine Inch Nails (dont je dois m’être tapé toutes les entrevues et articles sur ce projet). « La ballade de Melodie Nelson» de Gainsbourg…. il y en a tellement d’autres!

Le premier concert?

Ça faisait à peine 1 mois qu’on était vraiment un groupe, on commençait à peine à se connaitre en tant que musiciens. C’était une sorte de découverte parce que jouer « live» et enregistrer des chansons,
ce sont 2 mondes tellement différents. Face à cela, il y a un choix à faire, soit rester assis ou se stimuler afin de s’améliorer; ce qu’on a décidé.

Puis le premier concert à l’extérieur?

Six personnes: le barman, les deux autres de Sharcut, et trois amis d’Alex. Il y a un début à tout!

Surveillez les sites de Mahjorbidet pour avoir plus de détails sur leurs prochains concerts ainsi que le compact La Vie qui fitte avec la tapisserie.

Publicités

Commentaires fermés sur Chronique semi-automatique: les premières fois

Classé dans Chronique

Les commentaires sont fermés.