Chronique semi-automatique: Trompe 2006

Photo: Dominic Gouin
Quoi de mieux pour amorcer une deuxième chronique qu’une révélation-choc : Malajube, c’est de la foutaise. Histoire de poursuivre la thématique «bilan – de -2006 – avec – un – membre – de – « ze » – formation-qui-s’est-pas-mal-distinguée-cette-année » de ce numéro de Bang Bang, je me suis rendu chez leur multi-instrumentiste Renaud Bastien pour un petit entretien. Après les prix de l’ADISQ et les concerts à New York, Londres et même la Scandinavie, j’espérais que ses indications me mèneraient à un loft luxueux et branché ou encore à une église convertie en commune. Pas du tout. Non seulement Renaud habite Verdun, mais il répond à la porte (et à mes questions)… en pantoufles. Portrait à plumes.

Renaud d’août

Musicien natif de Sorel-Tracy, Renaud Bastien s’est tout d’abord distingué au sein de sa scène musicale locale (notamment avec la défunte formation Anne’s Bank). C’est aussi à cette époque qu’il allait faire la connaissance du bataillon Malajube. « J’ai travaillé un été avec Francis [Mineau, percussionniste de la formation] dans un centre d’expositions d’arts il y a 4, 5 ans. » se remémore Bastien entre deux lampées d’eau (oui… D’EAU!). « Bref, on s’est rencontré là pis ça nous arrivait de « jammer » sur les heures de travail. ». Ces séances impromptues allaient par la suite pousser Mineau à recontacter Renaud alors que Malajube cherchait déjà un cinquième musicien à l’époque du Compte Complet. Par manque de temps et de motivation, Bastien allait refuser. Après l’enregistrement de Trompe-L’Oeil, Francis revenait à la charge. « Après avoir passé près d’un an à les voir en show en pensant avoir manqué ma chance, j’ai dis oui tout d’suite. » Sage décision.

Ses plats favoris

« Dans le temps que je travaillais au Archambault, je voyais toutes les nouveaut és passer. Cette année, j’en ai manqué des bouts! » Invité à pondre un « top cinq », le guitariste globe-trotter opte pour des coups de coeur plutôt que les choix branchés. « C’t’année, j’ai ben tripé sur Galaxie 500. L’album est assez excellent dans l’genre. Serge-André [Amin, collègue et colocataire de Renaud] et moi avons aussi travaillé sur Mahjor Bidet. C’est dans mon top parce que, veux, veux pas, j’ai beaucoup pensé à ça. C’nfest pas nouveau, mais j’ai aussi écouté beaucoup d’Elliot Smith. J’dirais même que c’est pas mal juste c’que j’ai écouté au cours des six derniers mois! Y’a aussi Sufjan Stevens et Tricot Machine sur lequel j’ai ben tripé. » Un autre truc qui fait « triper » Renaud en cette fin d’année: quelques jours de vacances. Veinard, va.

http://www.malajube.com / http://www.rinnot.blogspot.com

Dans la mire: Mahjor Bidet

On devrait en parler d’ici là, mais la formation « indie – pop – psychédélique – vaguement – électro» devrait lancer prochainement son premier album La Vie qui fitte avec la tapisserie en plus de proposer des concerts plus acoustiques oudans les mots du chanteur et bidouilleur Serge-André Amin à la « unpluggued à New York ». Vont-ils aussi reprendre « The Man Who Sold The World »? À voir et à entendre le 12 janvier au Va-et-vient (3706 Notre-Dame Ouest, Montréal) avec Bivouaq.

Publicités

Commentaires fermés sur Chronique semi-automatique: Trompe 2006

Classé dans Chronique

Les commentaires sont fermés.