Les Robots de la rime – Attends ta balle

(indépendant)


L’agence de presse AFP rapportait le 14 mars dernier qu’une équipe d’ingénieurs et de scientifiques nippons ont construit un robot capable de transporter des humains. Création inspirée par le taux de natalité décroissant au Japon, l’automate baptisé Ri-MAN serait en mesure de porter des personnes du troisième âge éprouvant des difficultés à se déplacer. Plus près de chez nous, un regroupement de musiciens de Saint-Hyacinthe vient d’assembler le premier combo hip hop robotique de la province : les Robots de la rime. Critique du troisième type.

Projet s’apparentant à Gorillaz et autres « groupes factices » du genre, les humains poussant les boutons derrière ce combo rap nouveau genre sont évidemment discrets. Officieusement, le projet existe depuis l’été 2005 et réunirait autant des compositeurs de musique électronique que des musiciens de formations rock n’ roll provenant de la région maskoutaine. La biographie « officielle » du groupe, elle, est digne d’un film de science-fiction de série Z. Mis en ligne dans une usine de la planète Axinite, un « bug » dans la chaîne de montage aurait fait en sorte que la mémoire vive de DJ Koleko et des MCs Arimo Dynamite, Nitro Glisse & Rime, G1/ (prononcé « j’ai un bar ») et la guitariste Lol Lol auraient été remplacés par des personnalités propres. Craignant une désactivation prochaine, ces cyborgs fugitifs auraient pris la fuite en direction de la Terre. Inspirés par leur expérience sur leur planète et par des documentaires de l’ONF captés dans l’Espace, ces robots se sauraient donc donner la mission d’éveiller l’esprit des terriens (aujourd’hui quasi automatisés) à grands coups de rimes coquines et de rythmiques solides. Malgré cette prémisse amusante, le quatuor s’est tout de même distingué autant sur les palmarès des radios alternatives que sur la scène des Francouvertes 2006 à l’aide de son premier maxi Attends ta balle.

S’inscrivant dans la même veine que les Omnikrom, Gatineau et autres artistes hip hop locaux évoluant à contre-courant, la bande d’allumés des Robots de la rime innove en proposant une diégèse qui leur est propre. Un imaginaire inspiré de mauvais films de science-fiction plutôt que des clichés du rap états-unien. Bien que leurs propos – autant inspirés de la « culture pop » que de l’univers qu’ils s’imposent – peuvent faire douter du « sérieux » de l’entreprise (après tout les pièces « Attends ta balle » et « Je suis le code routier » traitent respectivement d’une partie de baseball et de sécurité au volant), on perçoit par la qualité des rimes et des rythmiques que les Robots ne sont pas sur cette planète que pour rigoler. Ainsi, les instrumentaux du DJ Koleko carbureront autant à la sauce électro qu’à des atmosphères dub et reggae sur les pièces « Papier d’aluminium » et « Fesses au laser».

Pour un maxi aussi survolté qu’au goût du jour, le maxi Attends ta balle se mérite 4 plectrums chromés sur cinq. En attendant un premier album qui devrait paraître au début de l’automne, les Robots lanceront prochainement un DC simple pour la pièce « Sympathie pour les robots » en plus de se produire sur la scène du Zoobizarre le 19 mai prochain.

Publicités

Commentaires fermés sur Les Robots de la rime – Attends ta balle

Classé dans Pêle-mêle...

Les commentaires sont fermés.